Troisième seuil de foi : l'Évangile

Credo (détail)
Credo (détail), © Françoise Burtz

Si aujourd'hui, en pleine conscience je dis : "je crois en JésusLe « Seuil de foi » essentiel est celui qui amène à passer d’une Alliance écrite entre Dieu et son peuple à une Alliance nouvelle en la personne de Jésus homme Dieu. C’est à partir de ce nouveau « Seuil » essentiel que se dessinent pour le chrétien d’autres « Seuils ». Ces « Seuils » ont pour lui une importance historique qu’ils n’ont pas dans le judaïsme. Cela est dû au fait qu’avec Jésus, le chrétien confesse aussi que Dieu se manifeste de manière incarnée dans l’histoire. Il en résulte que, pour la foi chrétienne, toute l’histoire biblique, que ce soit en amont ou en aval de Jésus, devient la préface ou la postface de l’Incarnation du Verbe. Jacques Bernard", c'est que j'ai franchi un seuil décisif. J'ai vécu une rencontre et je vis une relation extraordinaire avec un homme d'il y a deux mille ans que je considère comme le créateur de l'univers et qui transfigure mon existence aujourd'hui ! Paradoxe ultime qui allie dans le même être l'altérité de la transcendance la plus absolue et la proximité fragile du frère le plus contemporain ! Or l'histoire de cet homme n'est pas inaccessible. Elle est bien enracinée dans celle de ce peuple de croyants qui l'a porté et dont nous avons approché le mystère en ces deux seuils déjà considérables, l'un qui affirme l'alliance d'un Dieu tout proche, l'autre qui affermit cette alliance dans le temps de l'épreuve et du silence.

Perçu d'abord sous les traits d'Élie ou de Moïse, Jésus donne à sa prédication une profondeur et une radicalité qui bouleversent les repères du judaïsme de l'époque, ce qui provoque l'inquiétude des autorités religieuses. Oui ou non, Dieu venait-Il faire du neuf et recréer l'humanité en sa beauté originelle, telle que l'annonçaient le 3ème Isaïe dans sa folle espérance, ou Zacharie, ou le livre d'Hénoch ? L'annonce du Royaume appelle un choix décisif, le franchissement d'un seuil : les temps nouveaux sont là. Suivre inconditionnellement Jésus, c'est cela "entrer dans le Royaume", ou le refuser.

Et c'est la raison pour laquelle il sera condamné. Mais sa mort est-elle échec ou pardon ultime ? Si les disciples pouvaient déjà regarder leur Seigneur comme martyr de la Torah nouvelle, il faudrait encore que les événements de Pâques attestent par sa résurrection d'entre les morts que le Royaume de Dieu avait réellement été donné.

La naissance de Jésus, son autorité vis-à-vis de la Torah et du Temple, sa vérité et sa relation intime à Celui qu'il appelle son Père ont peu à peu révélé sa divinité aux disciples. Pour autant, l'événement "Jésus" demeure essentiellement le mystère d'un enfouissement de Dieu dans l'homme recréé par son amour. Les conciles christologiques de Nicée, Éphèse ou Chalcédoine, mettront des mots sur ce mystère pour tenter de le communiquer dans la culture grecque et ce travail est d'une grande actualité : Dieu est-Il réellement venu nous visiter en Jésus ? Il reste que le lieu principal de cette expérience est ma propre vie quotidiennement transfigurée à la lumière de cette rencontre évangélique.

  •   Portique : Replonger dans cette expérience inaugurale de la rencontre de Celui à qui la question est posée : qui es-tu Jésus ? Le faire en suivant ses disciples au pas à pas, à travers ce que ses contemporains ont pu percevoir de lui.
  •   Baptême : Parmi les disciples pas de plus proche que le Baptiste. Or c'est vis-à-vis de lui que Jésus affirme sa différence et la rupture qui s'opère. À son baptême, Jésus se révèle prophète d'un monde nouveau.
  •   Mises à l'épreuve, tentations : Il s'agit, non de la complicité avec le mal, mais de la mise à l'épreuve de Dieu par l'homme, sa volonté de tester Dieu, d'avoir des signes, comme lors de l'Exode. Le Malin, bien sûr, n'y est pas pour rien.
  •   Appels, vocations : Se prend-Il pour la Torah ! Lui qui appelle à Le suivre avec un tel radicalisme ? Toujours est-il que les disciples témoignent de cette rencontre inoubliable qui les transforme malgré leurs infidélités. Qu'est-ce donc que devenir disciple ?
  •   Béatitudes, le Royaume est là : Ce qu'espérait le courant isaïen se réalise aujourd'hui par les "pauvres", les "doux", les "affamés, assoiffés de justice", les "miséricordieux", les "coeurs purs", les "artisans de paix".
  •   Paraboles : Si proche et accessible le Royaume n'en demeure pas moins déconcertant. C'est ce que révèlent les paraboles: l'essentiel du mystère du Royaume demeure caché.
  •   Alternatives : L'homme peut-il être ajusté à Dieu ? Oui répond le judaïsme officiel, par la Torah et le Temple. Non répond le judaïsme apocalyptique, il faut que Dieu vienne Lui-même faire cet ajustement. Or Jésus se présente comme cet ajustement recherché !
  •   Miracles : Accepter que Dieu puisse intervenir dans nos vies et guérir l'humain c'est accepter qu'il puisse s'incarner. Or Jésus, par ses miracles, révèle que la création tout entière a besoin de salut. Quand il guérit, il recrée.
  •   Torah nouvelle : Enseignement nouveau, accomplissement nouveau de la Torah, nouveau Moïse, Chemin, Torah nouvelle donnée par Dieu avant la création du monde, Jésus renouvelle tout.
  •   Temple nouveau : En Jésus, la présence du Père et son pardon se donnent indépendamment du Temple officiel. Se pose alors la question : Jésus serait-Il le Temple nouveau, non fait de main d'homme, préexistant au monde ?
  •   Controverses : Comment Jésus est-Il perçu par le courant officiel, par le courant apocalyptique ? D'où vient son autorité ? Quelle conscience a-t-il de Lui-même ? Serait-Il le Sauveur ? le Messie davidique politique ? La question se pose à tous.
  •   Mystère de Jésus : Si dans le peuple nouveau que fonde Jésus, l'ennemi devient un frère à aimer, sa mission ne correspond ni aux critères du courant officiel, ni tout à fait aux attentes du courant apocalyptique. Même pour ses proches, il demeure un mystère.
  •   Martyre : La condamnation et la mort de Jésus peuvent être envisagées par ses proches, non comme un échec, mais comme ultime témoignage du Royaume et son accomplissement. Jésus est martyr de la Torah nouvelle.
  •   Transfiguration : Au sommet de son ministère, Jésus apparaît plus qu'Élie, plus que Moïse. Il vit une intimité unique avec le Père et révèle cette intimité à ceux qui croient en Lui.

Déjà Il peut être reconnu comme "Seigneur", Dieu transfiguré dans son abaissement, et Dieu habitant l'homme transfiguré et recréé pour être réceptacle de la divinité. C'est donc la Porte, le Seuil entre les troisième et quatrième seuils. Et Jésus prend résolument le chemin de Jérusalem.

 

 

Accueil >> Article >> Troisieme seuil de foi levangile