Seuil de la foi

Seuil

seuil-01
seuil-01, © Fotolia

Qui dit "seuil" dit limite, un avant et un après, un en-deça et un au-delà. Limite temporelle ou spatiale donc.
Mais dans le seuil il y a aussi une transition, un continuum, un lien entre l'avant et l'après, entre l'en-deça qu'on quitte et l'au-delà où l'on s'aventure.

D'où le double regard qui caractérise l'expérience de franchissement du seuil :

  • le regard qui se projette vers l'avant, vers l'a-venir : le regard prospectif
  • le regard qui prolonge le passé : le regard rétrospectif.

Toutes nos expériences de croissance sont marquées par cette réalité du seuil à franchir :

  • quitter l'enfance, quitter la maison...
  • quitter une entreprise, un pays ...

Au fond, il s'agit de consentir à un passage, et donc à une mort, car qui dit seuil ou passage dit choix.

  • tout choix procède d'un renoncement préférenciel
  • il y a ce que l'on choisit et ce à quoi on renonce !

Pas de maturité humaine sans ce passage de seuils.

Seuil de foi

seuil-02
seuil-02, © Fotolia

La foi grandit par seuils. Elle ouvre sans cesse le regard vers plus loin, plus haut, plus profond, plus...

L'enfant risque souvent son premier pas dans la confiance envers le visage aimé qui lui tend les bras !

Ce pas va se prolonger dans tous ceux qui vont marquer cette quête permanente de la relation qui comble.

L'histoire de notre foi s'éclaire par celle des témoins qui nous ont précédés et qui ont franchi des pas comparables.

La Bible en repère quatre cruciaux :

  1. Quitter la relation aux puissances numineuses pour l'alliance avec un vis à vis divin libre et libérateur.
  2. Quitter cette relation privilégiée pour découvrir qu'elle est unique et universelle.
  3. Quitter la conception idéalisée de cette relation pour la découvrir dans la banalité du quotidien où elle s'incarne.
  4. Quitter le réflexe d'accaparement de cette relation pour l'ouvrir aux dimensions infinies de la vie dans l'esprit.

L'expérience du premier seuil, la Bible l'appelle EXODE.
On y assiste, entre -1200 et -720, au passage opéré par un groupe d'une situation de dépendance par rapport à la violence des forces mystérieuses représentées dans les mythologies à une situation de liberté vécue dans la fidélité à une alliance avec un être divin aimant.

L'expérience du second seuil, la Bible l'organise autour de l'EXIL.
Dans les épreuves terribles provoquées par le choc des empires entre -750 et -550, le groupe pouvait régresser. Il choisit au contraire, d'aller plus avant dans la rencontre de cet être divin aimant en inaugurant la foi au monothéisme d'Alliance.

L'expérience du troisième seuil, la Bible la raconte dans l'ÉVANGILE.
Pour avoir l'audace de croire à la possibilité du pardon, il fallait que l'être divin en fasse lui-même l'expérience dans sa propre chair. C'est ce que fait Jésus sous les yeux de ses contemporains.

seuil-03
seuil-03, © Fotolia

L'expérience du quatrième seuil, la Bible en témoigne par la naissance de l'ÉGLISE.
Croire que ce que Dieu a fait en Jésus est réalisable par tous ceux qui vivent de son Esprit ! Ils n'ont été que quelques-uns au départ. C'est aujourd'hui le tiers de l'humanité qui en vit.