b) D'où recevoir la clé de cette articulation nouvelle entre histoire et foi ?

version PDF
Comment entrer en christologie de façon correcte ? [Jean-Marie Beaurent, RTP/282-298
b) D'où recevoir la clé de cette articulation nouvelle entre histoire et foi

Plusieurs solutions:
•    de ma décision personnelle: peu m'importent les méthodes, les traditions, etc. Jésus me plaît ! Alors pourquoi pas lui ?
Je raisonne à partir de moi ; c'est l'idolâtrie : je projette mes désirs sur une figure qui sert tout simplement à les réaliser. La Bible, depuis l'Exode, sort sans cesse de ce bourbier...
•    de la méthode historique : attentif à ne pas projeter mes désirs sur la réalité, mais à la regarder scientifi-quement, je travaille en laboratoire, j'aseptise et j'analyse le matériau biblique, l'événement Jésus Christ.
Je trouve ce que je cherche, selon le regard - et les lunettes - que je porte sur le réel. La Bible est sortie de ce piège depuis longtemps: elle reçoit le récit, non comme un matériau, mais comme un appel...
•    du Sinaï... non le Sinaï ponctuel, mais le Sinaï comme événement de feu, événement mystérieux englobant à la fois Abraham, l'Exode, la Royauté, l'Exil : toute l'histoire d'Israël rassemblée dans un sommet de signification reçue qui engage une pratique où nous pouvons vérifier si nous sommes ou non orientés vers ce sommet. Se référer au Sinaï comme seul critère de discernement de l'événement de Jésus, c'est choisir de demeurer dans le judaïsme...
•    de l'événement de Jésus lui-même, devenu seul Sinaï; mais il faudra, alors, réinterpréter l'ancien Sinaï à partir de Jésus Christ, la halakha4 à partir de la pratique de Jésus, l'histoire d'Israël et même toute l'histoire à partir de sa façon d'être homme et d'habiter l'histoire.
 

 

Cela veut dire que nous changeons de foi.

Regarder Jésus vivre et, à partir de cet événement nouveau, changer notre façon même de regarder l'événement... Oui! L'événement de Jésus est un événement de changement de référence, un événement de cassure. Cet événement historique n'est pas une contestation neutre : « Il y a eu bouleversement... » C'est un appel à choisir: « Oui ou non, Jésus est-il le centre de la foi ? Ou ne peut-il être interprété qu'à partir de l'autre centre de foi qu'est le Sinaï? »
Si le centre de notre foi est le Sinaï, nous sommes juifs; si le centre de notre foi est Jésus Christ, nous sommes chrétiens. Certes, si nous sommes chrétiens, nous ne méconnaissons pas le Sinaï; mais si nous sommes juifs, nous considérons Jésus comme un prophète devenu hérétique puisqu'il est allé contre la Loi et le shabbat; et mieux vaut un juif agnostique - puisque, de toute façon, le langage sur Dieu est inadéquat - qu'un juif hérétique; le premier, au moins, pratique la Loi comme un rite social tandis que l'autre s'est affranchi du shabbat.
L'événement historique de Jésus est donc irréductible à nos enquêtes d'historiens scientifiques, - même s'il peut s'y soumettre ;
•    c'est un événement d'appel au choix,
•    à un choix qui touche au fondement de la religion juive
•    et de la religion même. (Cf. image 9.)
Regardons d'où cet appel est lancé; regardons Jésus.